Apartés

DISTRICT 9 – UN RÉCIT COMPLET !

Un film qui date de 2009. Je l’avais vu au cinéma uniquement et j’avais été frappé… Quel film incroyable ! 5 ans plus tard, ça faisait un bout que je tenais à le revoir et l’occasion s’est enfin présentée cette semaine. J’ai pu l’apprécier avec une nouvelle distance, étant donné que je connaissais déjà les éléments de suspense. Voici ce que j’en pense…

Il s’agit du premier long métrage de Neill Blomkamp, le réalisateur sud-africain. Il met en vedette Sharlto Copley… Notre prochain Christian Walker pour les amateurs de Powers.

Distirct 9 nous raconte l’histoire de Wickus van der Merwe, un employé un peu loser de la Multi-National United. Il est le chef d’une opération d’extradition d’une peuplade d’extra-terrestres qui a élu domicile dans le District 9, un bidonville où les conditions de vie sont terribles.

Cette peuplade insectoïde est apparue dans une immense station spatiale au-dessus de Johannesburg en 1982. Sans direction, ces extra-terrestres agissent comme des simples d’esprit, des bestioles sans hygiène et avec une attitude très barbare.

Naturellement, les humains veulent mettre la main sur leur technologie et surtout sur leurs armes super-puissantes. Malheureusement (ou heureusement) pour nous, ces armes ne sont utilisables qu’avec de l’ADN des bestioles, mais les terriens tentent par tous les moyens d’en percer le secret. Wickus va leur donner toute une opportunité lorsqu’en s’aspergeant d’un fluide extra-terrestre il se met à se transformer en l’un d’eux. Étant devenu l’homme le plus recherché de la planète, Wickus est pris pour se cacher dans le District 9. Il se liera d’amitié avec Christopher Johnson et son jeune fils, deux extra-terrestres plus allumés que les autres qui ont un plan pour leur peuple.

Selon moi, au plan de l’histoire, ce film est complet. Blomkamp a réussi un coup de maître. Il combine avec brio tous les éléments qui font une bonne histoire… Critique sociale avec la ségrégation d’un peuple d’un autre monde, étrangement similaire avec ce que l’Afrique du Sud connaît. Le parcours du héros qui passe d’instrument de la cruauté humaine, à lâche ultime, à action hero qui se sacrifie pour la bonne cause. Le tout avec du suspense et de l’action enlevante qui nous gardent en haleine tout le long du film. En plus de tout ça, le réalisateur campe son film dans un univers de science-fiction très bien pensé et profond. Tout ça dans le même film, je vous le rappelle !

C’est un récit complet et dur à battre dans son exécution…

Ok. Les effets spéciaux maintenant. Ouch ! Le gars a une imagination incroyable et une équipe qui a permis de transférer ce génie avec un réalisme troublant. La race d’extra-terrestre est autant originale que plausible. Ils ont leur propre langage assez différent du nôtre et, fait intéressant, les deux peuples arrivent à communiquer. Comme quoi tous les êtres vivants sont semblables. Presque tout le film se déroule à l’extérieur… Pas de green screen là c’est certain et nous y croyons… WOW !

Sans compter sur le déploiement de la technologie extra-terrestre en commençant par l’immense station spatiale inhabitée qui flotte au-dessus de la ville, en passant par les armes qui désintègrent leurs cibles. Il y a des humains qui juttent dans ce film là, vous êtes avertis ! Ils ont même un robot, un genre de Mechwarrior vraiment badass. La première fois que tu le vois, t’as juste hâte que Wickus en prenne possession ! Quelle scène d’action…

La présentation des humains est assez intéressante. Beaucoup de mauvais, mais avec des miettes de biens ici et là afin de garder un certain espoir en la race humaine. Reste que les humains sont représentés la plupart du temps comme des être méchants, racistes, égoïstes, cruels et irrespectueux de la différence. La peur de l’autre à l’état pur. On veut qu’ils perdent et que les extra-terrestres gagnent… C’est bien pour dire.

Mon dernier point traite de la présentation du récit par Blomkamp. Il nous transporte dans son histoire à travers un reportage sur les extra-terrestres. Nous sommes donc les spectateurs d’un documentaire sur la bêtise humaine et l’on suit celui qui en représente l’essence même… Wickus van der Merwe. L’humain est capable du pire comme du mieux et le sujet de ce documentaire nous le présente très bien à travers les péripéties d’un humain pathétique, mais pourtant bien commun.

Après ce film, imaginez-vous en tant qu’être d’un autre monde et que vous ayez capter ces images des terriens et de leur haine de l’autre. Quel serait le sort que vous leur réserveriez ?

Christopher Johnson est parti retrouver les siens avec son fils… Bien hâte de voir ce qui va nous arriver quand il reviendra !

District 9 poster

DISTRICT 9 – UN RÉCIT COMPLET

Publicités
Tagué , ,

JOHN WICK – UN BALLET DE FUSILS ET DE BALLES

Ok. Je l’avoue. J’ai vraiment aimé le film John Wick de David Leitch et Chad Stahelski. C’est un long métrage d’action qui met en vedette Keanu Reeves.

C’est mon plaisir coupable de 2014.

Voilà c’est dit.

En fait, je n’aurais jamais été le voir sans une intervention d’un de mes bons amis. La bande annonce me l’avait présenté comme un film remâché semblable à tant d’autres… un nième Taken. Ne vous méprenez pas, j’ai super apprécié Taken (le premier) avec Liam Neeson pour son action enlevante, son rythme et ses scènes de combat hyper efficaces. Mais après le succès retentissant de ce film, une multitude d’acteurs vieillissants se sont donnés le mot pour surfer sur la vague de l’ancien dur à cuire qui est prêt à tout pour redonner un peu de justice à ce monde corrompu. Une société où l’autorité en place n’a plus aucun vrai pouvoir, sauf servir les criminels qui savent utiliser le système à leur avantage au détriment de l’honnête citoyen.

Ok. Le scénario de John Wick s’apparente pas mal à ce que je viens de décrire… Je le confesse. Mais il y a un petit mordant qui m’a accroché, c’est un bon film de vengeance. Si tu n’as pas de code d’honneur, sois assuré que tu périras sous le feu des pistolets de John Wick.

Ce qui m’a poussé à donner une chance à ce film est que les deux réalisateurs, qui sont des cascadeurs et Stahelski a été la doublure de Keanu Reeves dans la matrice (entres-autres), ont mentionné dans une entrevue quelque chose qui s’apparente à :
 » Les cascadeurs et les acteurs sont des maîtres des arts martiaux et ils font des maudites belles chorégraphies et nous, on veut les montrer. Donc pour les combats, on oublie les caméras à l’épaule qui shakent et qui montrent des plans trop rapprochés. Vous allez pouvoir apprécier leur travail.  »

Oh. J’étais « hooked ». Je suis retourné voir la bande annonce avec un regard nouveau sur l’action. J’étais convaincu que j’allais aimé ce film.

Je n’ai pas été déçu… Enfin un « Gun fu movie » comme j’en avais tellement hâte.

Un ballet de fusils et de balles…

WOW. Les chorégraphies de combat sont malades !!! Sont exagérées ok, mais elles sont géniales ! Je l’ai vu en IMAX en plus. J’en « shakais » tellement j’aimais ça ! Faut voir la scène ou Wick prend d’assaut un club qui appartient à la mafia russe… à lui tout seul. Il y en a du « goon générique » là-dedans mes amis… Tout le monde à peur de lui à travers le film et avec raison !

C’est un film de gars assumé. Pas de personnages féminins très forts là, à part sa défunte femme qui sert de catalyseur au récit… La seule autre femme que l’on voit en action est méchante en plus. Aucune évolution de personnage non plus. L’histoire est vraiment des plus simplistes. Et ça marche… Pour moi en tout cas.

Maintenant, parlons des acteurs… Il y a beaucoup de gens qui n’aiment pas tellement Keanu Reeves. Ils disent que c’est un acteur qui n’a qu’une émotion. Peut-être… Je ne suis pas un de ses détracteurs et je dois avouer qu’il choisit très bien ses films… The Matrix, Dracula, Constantine, Little Buddha. Des films qui sont dans ma liste de classique à revoir périodiquement.

Je donne à John Wick la note de 4.5/5. Je veux le revoir c’est certain ! Le barbare, le duelliste et le p’tit gars en moi ont vu leurs attentes largement dépassées. Et c’est ce qui en fait un bon film !

JOHN WICK Poster

 

John Wick – Un ballet de fusils et de balles.

Tagué , , ,