Archives de Catégorie: Bande dessinée

FABLES… SIMPLEMENT ÉPIQUE !

Connaissez-vous FABLES de Bill Willingham publié depuis 2002 par Vertigo Comics ?

Depuis 13 ans déjà et à travers plus de 145 numéros, il nous raconte les aventures des personnages des fables et des histoires qui ont meublées notre enfance : le grand méchant loup, Cendrillon, Blanche-Neige, le Prince charmant, le Prince Grenouille, Pinnochio, la Belle, la Bête et tellement d’autres…

La « twist » : l’ensemble des mondes enchantés des fables d’Europe sont tombés sous le contrôle de l’Adversaire et de ses armées… Et la poignée de fables survivantes qui ne voulaient pas se soumettre ont dû fuir leur monde pour s’établir dans le nôtre, dans un petit quartier de New York: Fabletown. Nous les « mundies » ne savons absolument rien de leur existence même s’ils vivent parmi nous depuis plusieurs centaines d’années.

C’est vraiment une excellente série de bande dessinée. Je suis présentement rendu à la moitié de la série, le 10e recueil, et ça s’améliore d’histoire en histoire. C’est différent, c’est drôle, il y a de l’action, c’est dramatique et tous les personnages sont attachants. Sans oublier que c’est ÉPIQUE !

Vous êtes avertis, on en développe le goût plus on en lit. Si vous commencez, vous devez lui donnez un petit peu de temps pour vous séduire… Peut-être deux ou trois recueils… Il y a tellement de personnages et de variétés de récits. Il faut leur laissez le temps de les développer. Vous ne serez pas déçu. Pour preuve, l’équipe à travers les années a remporté pas loin de 22 Eisner Awards dans une pléthore de catégories.

Le format des récits est aussi très intéressant et peu commun. En effet il y a tellement de personnages majeurs que l’auteur, avec des dessinateurs différents, jongle entre les histoires et les styles visuels. Il y a le récit principal et il est entouré, dans pratiquement chaque numéro, d’histoires secondaires qui nous font découvrir d’autres fables dans leur milieu et dans leur quotidien. Et on ne sait jamais quand un personnage de deuxième ou de troisième plan se retrouvera au coeur de l’histoire. Parlez-en au Prince Grenouille, le concierge de Fabletown, qui devient l’épine principale dans le pied de l’Adversaire.

Plusieurs artistes ont contribué aux histoires de FABLES : le collaborateur habituel de Willingham est Mark Buckingham, mais on retrouve aussi plusieurs autres dont Mike Allred le créateur de Madman. Les pages couvertures de James Jean sont simplement hallucinates. Il a d’ailleurs remporté 6 prix Eisner pour celles-ci.

Il faut savoir que cette série arrive bientôt à sa fin. Si mes informations sont exactes, le numéro 150 serait le dernier. Est-ce une bonne chose ou une mauvaise chose ? Le futur nous le dira, mais je compte bien vous en reparler une fois que j’aurai terminé le tout.

Ma note : 4.5/5. Je la recommande à tous ! Bonne lecture !

Fables -1001 Nights of Snowfall cover

Bigby Wolf and Snow White

Publicités
Tagué , , ,

Le navire maudit sera publié par Front Froid !

OH YEAH !

Super nouvelle ! Sacha Lefebvre et moi-même serons publiés par Front Froid, une maison d’édition québécoise spécialisée en bande dessinée.

Soyez donc à l’affut en 2015 pour le Front 8. Date officielle du lancement à venir.

Il s’agit d’un collectif de 6 courtes histoires en bande dessinée de genres. Front Froid organise annuellement un concours qui permet à des équipes de créateurs jamais encore publiés par une maison d’édition de réaliser un récit de 8 à 16 pages.

Le nôtre s’intitule Le navire maudit et met en scène des corsaires à la recherche d’artefacts et des cultistes en pleine messe noire…

Pour la suite et pour voir le travail de mon ami Sacha à l’illustration… Hey bien, il va falloir attendre que ça sorte.

Tagué , , , ,

SOLOMON’S CURSE – TOP COW TALENT HUNT 2013-2014

Cette année, j’ai participé à un concours de bande dessinée lancé par Top Cow, une des compagnies qui forment Image Comics aux États-Unis… Le Top Cow Talent Hunt 2013-2014.

Le concept derrière cette recherche de nouveaux talents lancée par Matt Hawkins et Marc Silvestri, les deux dirigeants de Top Cow et reconnus pour leurs oeuvres comme Aphrodite IX et Cyber Force (entre-autres), est de permettre à 3 auteurs et 3 artistes qui n’ont jamais publié de comics la chance de réaliser une oeuvre rémunérée en utilisant les personnages de l’univers de Top Cow (Witchblade, Darkness, Artifacts, Tom Judge, etc.). Donc d’ouvrir la porte pour 6 amateurs talentueux à devenir des professionnels rémunérés pour leur art…

Je me suis dit… Et pourquoi pas moi ?!?

J’ai vu là une opportunité super intéressante de développer un scénario pour une bande dessinée américaine, mais surtout de tester ma capacité à écrire en anglais… Tout un défi croyez-moi.

Je n’ai pas gagné. Nous étions plus de 800 à avoir soumis un scénario et il y avait trois gagnants. L’expérience a été SUPER intéressante et j’ai appris beaucoup. Et même si je lis et je comprends très bien l’anglais, l’écrire correct et sans faute… Pas évident. Je crois m’en être plutôt bien sorti. Chose certaine, je vais continuer d’écrire en anglais afin de développer plus de fluidité avec le langage.

Les scénaristes devaient soumettre un scénario de 22 pages et il devait y avoir obligatoirement un narrateur, Sara Pezzini (Witchblade) ou Jackie Estacado (Darkness). Pour le reste, il fallait raconter une histoire passée, présente ou future d’un des porteurs des 13 Artefacts de la série du même nom.

Mes connaissances de l’univers d‘Artifacts et de Top Cow étaient assez limitées. Je me suis donc procuré les comics et je suis tombé sur un artefact très mystérieux et pratiquement pas exploité, le Coin of Solomon. Cet artefact n’était tellement pas utilisé qu’à part de regénérer son porteur, personne ne savait l’étendue de ces pouvoirs.

OK.

Ça c’est cool.

Liberté totale… J’aime ça et PAF ! la muse m’a soufflé les bases de l’histoire que j’ai présenté à ce concours.

Le récit se passe quelques jours après le Crash boursier de 1929 à New York. Il met en scène Steve Dakota, un aventurier et magicien qui était à la recherche du Coin of Solomon et une fois qu’il est en sa possession va refuser de devenir son porteur. L’artefact va tenter par tous les moyens à sa disposition de le convaincre et le forcer à en devenir le maître…

Pour le reste, je vous laisse le soin de lire mon scénario !

Solomon’s Curse – Top Cow Talent Hunt

Tagué , , , ,